MENU

Sept futurs acheteurs sur dix (73%) jugent le moment idéal pour acheter. Le marché de l’immobilier neuf ne manque pas d’atouts pour les séduire. Au deuxième trimestre cette année, 23% de ceux qui cherchent un logement s’orientent vers un bien neuf. C’est 10% de plus qu’il y a deux ans, d’après l’Observatoire du Moral Immobilier.

Un prix plus élevé à l’achat

Cet intérêt ne se concrétise pas toujours. Le taux de désistement de la part des acquéreurs oscille entre 20% et 25%. Sur l’ensemble du territoire, les ventes dans l’immobilier neuf ont reculé de -10% au premier trimestre 2018. Il faut dire qu’acheter dans le neuf représente un investissement plus conséquent. Un logement neuf coûte en moyenne 4 112 euros du mètre carré. Dans l’ancien, il se négocie en moyenne à 3 612 euros du mètre carré.

Dans les zones tendues, les ventes restent stables mais les prix s’envolent. C’est notamment le cas dans des villes comme Bordeaux (Gironde), Marseille (Bouches-du-Rhône) ou Lyon (Rhône). Le même phénomène frappe la petite couronne en région parisienne. « On atteint parfois même des prix record par exemple à Boulogne sud où l’on dépasse même les 10 000 euros du mètre carré » explique à Se Loger Denis Collot, directeur commercial et marketing France Eiffage Immobilier.

Rareté de l’offre dans le neuf

Dans l’immobilier neuf, les acheteurs ont majoritairement (55%) moins de 35 ans. En toute logique, ce sont souvent des couples ou des personnes seules sans enfant (55%). Ils présentent souvent un profil de primo-accédants (66%), ce qui les rend plus fragiles face aux aléas économiques. Par ailleurs, ils appartiennent plutôt à la catégorie des CSP- (58%). Ce portrait-robot contraste fortement avec celui des acheteurs dans l’ancien.

Ces derniers se révèlent plus âgés, avec un chef de famille entre 35 et 49 ans. Ce sont aussi majoritairement des familles de plus de 2 personnes (58% des foyers). La plupart d’entre eux sont secundo-accédants et plus aisés (59% de CSP+). De leur côté, les acheteurs dans le neuf sont confrontés à la rareté de l’offre. Comptez environ 3,5 acheteurs pour 2 vendeurs. Cette situation laisse présager des tensions sur ce secteur dans les mois à venir.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne