MENU

L’embellie se termine sur le marché de l’immobilier. Les promoteurs ont vendu 130 000 logements neufs en 2017, soit une hausse annuelle de +2%. Au quatrième trimestre toutefois, les ventes ont amorcé leur recul avec -3,8% sur un an. Les prochains trimestres devraient enregistrer un recul de -8% sur les volumes de transaction, rapporte Se Loger ce samedi 12 mai.

Un encours stable en 2017

Cette baisse traduit l’attentisme des acheteurs lié aux incertitudes fiscales. En 2018, le gouvernement a décidé de réformer le dispositif Pinel, le prêt à taux zéro (PTZ) et l’impôt sur la fortune (ISF). La part des investisseurs (54%) et des accédants (46%) parmi les acheteurs reste cependant équilibrée. Rareté du foncier, poids des normes et des recours… Les mises en vente de logements neufs ont reculé l’année dernière (-4,3%) avec 121 800 unités.

L’encours des logements neufs proposés à la vente atteignait 103 900 unités au quatrième trimestre 2017. Les stocks s’avèrent faibles (33 000 unités) avec 4% des encours achevés, 26% en construction et 70% en projet. Au dernier trimestre 2017, l’encours des logements neufs atteignait 9,6 mois. C’est une durée stable par rapport à l’année précédente. Côté prix, les logements neufs n’ont augmenté de +0,1% sur un an au quatrième trimestre 2017.

Réorientation du patrimoine

Entre 2018 et 2019, le marché de l’immobilier devrait atterrir en douceur. Cette tendance devrait refléter le recentrage des mesures de soutien (PTZ et Pinel) sur les zones tendues. En conséquence, la capacité d’achat des emprunteurs devrait peu à peu s’effriter. La transformation de l’ISF en Impôt sur la fortune immobilière (IFI) devrait pousser les Français à réorienter leur patrimoine financier en dehors du secteur immobilier.

Les investissements locatifs et les achats de maisons secondaires devraient reculer. Par contre, les reventes massives de logements restent peu probables. Facilitation des projets d’urbanisme, simplification des normes et lutte contre les recours abusifs… Les mesures du choc d’offres devraient entraîner une hausse de l’offre et une baisse des coûts. Les logements neufs pourraient a priori se négocier moins cher cette année.

 

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne