MENU

Acheter un studio moins cher qu’une voiture neuve ? C’est possible à condition de s’éloigner de Paris, Bordeaux (Gironde) ou Lyon (Rhône). Si les prix immobiliers augmentent en France (+3,5% sur un an au premier trimestre, d’après les notaires) douze villes affichent un prix au mètre carré médian inférieur à 1 300 euros, rapporte BFMTV.

Le signe d’un manque d’attractivité

D’après L’Argus, une voiture neuve valait en moyenne 26 717 euros l’année dernière. Les biens immobiliers d’environ 20 mètres carrés à moins de 27 000 euros n’existent pas qu’en rase campagne. La palme revient à Saint-Etienne (Loire), une ville qui compte plus de 170 000 habitants. Entre janvier et mars dernier, le mètre carré dans l’ancien s’y négociait à un prix médian de 860 euros. C’est quatre fois moins cher qu’à Lyon, et dix fois moins cher qu’à Paris.

La ville de Saint-Quentin (Aisne) occupe la deuxième place. Cette ville de 55 000 habitants affiche un mètre carré médian à 870 euros, d’après les données des notaires du premier trimestre. Résultat, un appartement ancien de 100 mètres carrés y coûte moins de 90 000 euros. Ces tarifs très bas trahissent un manque d’attractivité. « Il s’agit généralement de villes en relative perte de vitesse économique depuis 10 ans », explique Sébastien de Lafond, président fondateur de MeilleursAgents.

Un achat peu rentable à court terme

Ces villes font rimer bon marché avec morosité. « Elles sont éloignées des grands centres urbains ou n’ont pas su tirer parti du développement des grandes agglomérations. Ces communes ont souvent connu moins d’investissements en matière d’infrastructures », analyse le responsable. Au cours de la dernière décennie, les prix de l’immobilier ont en effet baissé de -37% à Saint-Etienne et de -16% à Saint-Quentin. De quoi refroidir les ardeurs des investisseurs.

Tout dépend de l’horizon de votre investissement. Acheter dans ces villes risque de ne pas représenter une opération rentable à court terme. En revanche, ceux qui cherchent leur résidence principale dans ces 12 villes du top 100 avec un prix au mètre carré inférieur ou égal à 1 300 euros peuvent se frotter les mains :

  • Saint-Etienne (Loire) : 860 euros au mètre carré médian (-37% sur 10 ans)
  • Saint-Quentin (Aisne) : 870 euros (-16%)
  • Mulhouse (Haut-Rhin) : 1 130 euros (-20%)
  • Bourges (Cher) : 1 190 euros (-16%)
  • Roubaix (Nord) : 1 240 euros (-30%)
  • Limoges (Haute-Vienne) : 1 240 euros (-13%)
  • Troyes (Aube) : 1 260 euros (-12%)
  • Tourcoing (Nord) : 1 270 euros (-25%)
  • Béziers (Hérault) : 1 270 euros (-15%)
  • Calais (Pas-de-Calais) : 1 270 euros (-29%)
  • Brest (Finistère) : 1 300 euros (-9%)
  • Perpignan (Pyrénées-Orientales) : 1 300 euros (-26%)
Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne