MENU

Début 2018, le marché immobilier ralentit. Depuis février dernier, le nombre de primo-accédants parmi les emprunteurs ne cesse de reculer, rapporte Se Loger ce jeudi. Chez le courtier Capfi, ils ne représentent plus que 44% des dossiers. Les autres particuliers emprunteurs représentent 45% des dossiers, contre 8% pour les investisseurs.

Les primo-accédants empruntent plus

La parenthèse 2017 aura été l’année de tous les records. Depuis janvier dernier, le marché immobilier atterrit en douceur. Plusieurs facteurs expliquent le recul des primo-accédants, notamment la hausse des taux et des prix de l’immobilier. Côté aides, l’Etat a supprimé début 2018 l’APL accession pour les ménages modestes qui réalisent leur premier achat. L’enveloppe du prêt à taux zéro (PTZ) a été divisée par deux dans les zones rurales et périurbaines (B2 et C).

L’an dernier, la moitié des PTZ accordés concernaient ces territoires, rappelle le site Boursier. Cette baisse des aides frappe de plein fouet les primo-accédants, qui disposent en général d’un apport personnel plus faible. En conséquence, les primo-accédants empruntent de plus grosses sommes. En février dernier, ces consommateurs ont emprunté 200 757 euros sur une durée de 236 mois (19 ans et 8 mois) en moyenne. En janvier dernier, ils avaient emprunté 196 604 euros sur 235 mois.

L’équivalent de 4,74 années de revenus

Les primo-accédants ont emprunté davantage que les autres clients. En janvier dernier, les autres accédants ont emprunté 190 795 euros sur 187 mois (15 ans et 7 mois) en moyenne. Ils ont aussi moins emprunté en février dernier, avec 187 826 euros sur 189 mois (15 ans et 9 mois) en moyenne. En termes d’effort financier, les primo-accédants ont emprunté l’équivalent de 4,74 années de revenus en février dernier. C’est moins qu’en janvier dernier, avec 4,83 années de revenus.

« Si la tendance ne s’inverse pas, il faut s’attendre à un profond ralentissement du marché en cours d’année », prévient Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Capfi. Seul l’indicateur de l’achat dans l’ancien reste au vert. En février dernier, 88% des achats immobiliers ont concerné un bien ancien contre 84,4% en janvier dernier. Les primo-accédants suivent la tendance, avec 80,8% d’achat dans l’ancien en février dernier contre 77,7% en janvier.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne