MENU

L’optimisme reste de mise dans l’immobilier. Trois professionnels sur quatre (75%) se disent en confiance, d’après le baromètre Crédit Foncier/CSA publié ce lundi 17 septembre.. Un professionnel sur deux (52%) estime que le marché s’est stabilisé. En revanche, un tiers d’entre eux (35%) ont constaté un recul des primo-accessions.

Vers une stagnation du marché ?

Malgré un léger recul de moral (-2%) par rapport à mai dernier, les professionnels prédisent un avenir serein sur le marché de l’immobilier résidentiel au cours des 12 prochains mois. Les taux d’intérêt très bas et le dynamisme du marché entretiennent cet état d’esprit. En 2017, le mois de septembre avait enregistré un record d’optimisme (82%) chez les professionnels du secteur. Hormis cette année exceptionnelle, la tendance reste stable depuis deux ans (74% d’optimistes en mai 2016).

Cet optimisme se nuance cependant d’une relative inquiétude. Le secteur prévoit une stagnation des prix sur le marché du neuf (59%) et sur celui du logement ancien (53%). Le nombre de transaction devrait aussi rester stable dans l’ancien (54%) et dans le neuf (38%). Les professionnels de l’immobilier trouvent ce contexte économique préoccupant (75%). Ils s’inquiètent notamment du recul des aides de l’Etat (71%), qui restent un levier important d’accession à la propriété.

Le retour des aides

Cet automne, les députés doivent encore valider le projet de loi de Finances 2019 à l’Assemblée nationale. Les professionnels de l’immobilier espèrent dans leur grande majorité (85%) un retour du prêt à taux zéro (PTZ) dans sa version de l’an dernier, c’est-à-dire avec une quotité égale à 40% sur l’ensemble du territoire. Pour rappel, cette aide n’est accordée que sous certaines conditions de revenus aux primo-accédants depuis janvier 2018.

Les professionnels de l’immobilier ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Près des deux tiers d’entre eux (65 %) assurent qu’il faut rétablir l’APL accession. Pour rappel, l’Etat avait supprimé cette aide à la fin de l’année 2017. Sur leur lancée, quatre professionnels sur dix réclament aussi la suppression de l’impôt sur la fortune immobilière (43%). Ils sont tout aussi nombreux (42%) à réclamer l’intégration des revenus fonciers dans la taxation foncière à 30%.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne