MENU

Début 2018, le crédit immobilier reste stable. Les taux pourraient cependant bientôt remonter, à en croire le dernier baromètre du crédit immobilier publié ce jeudi par Les Echos. Jusqu’ici, le contexte de concurrence entre les banques avait plutôt favorisé des taux intéressant pour les acheteurs.

Aucune tendance nette début février 2018

Pour le moment, « les ménages empruntent à des taux à peine supérieurs à ceux appliqués au plus bas, en novembre 2016 » souligne Alban Lacondemine, président d’Emprunt Direct. Les établissements banquiers partenaires du courtier en ligne proposent ainsi des prêts à 1,35% pour les « excellents dossiers ». Les emprunteurs peuvent aussi obtenir des prêts à 1,45% pour les « très bons dossiers » et un taux moyen de 1,65 % pour les « bons dossiers ».

Cet environnement favorable pourrait cependant se modifier en 2018. « Les établissements pourraient bien être contraints, face au changement d’environnement actuel, de revoir leur politique à court et moyen terme » prévient le responsable. Chez le courtier VousFinancer, aucune tendance ne se démarque en février. Certaines banques ont baissé leurs taux de -0,10% quand d’autres les ont augmentés de +0,05% à +0,10%, et jusqu’à +0,20% pour l’une d’entre elles.

Hausse de l’OAT ou stagnation du marché

Les banques ont le choix entre deux orientations, précise La Tribune. Elles pourraient élever leurs barèmes, afin de s’adapter à la hausse des obligations assimilables du Trésor (OAT) français à 10 ans. Cet emprunt d’Etat a augmenté de 35 centimes en 2017. L’indicateur poursuivait sa montée en janvier 2018 avec un niveau moyen à 0,82%. Deuxième option pour les banques, elles pourraient miser sur la stagnation des taux afin de rester concurrentielles.

Le marché du crédit immobilier pourrait ralentir cette année, après une année 2017 exceptionnelle. « Cette année, les récentes évolutions concernant le prêt à taux zéro (PTZ), les APL accession ou même le dispositif Pinel ont sans doute contribué à l’attentisme que nous avons constaté », analyse Jérôme Robin, directeur général de Vousfinancer. Le calme avant la tempête ? Les clients peuvent s’attendre à « des hausses, même partielles (…) dans les semaines à venir » affirme Alban Lacondemine.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne