MENU
Comparateur de prêt immobilier
Comparez les offres de prêt pour réaliser votre acquisition
Faites une demande en ligne
Partager sur

2017 aura porté chance au secteur immobilier. Les Français ont emprunté environ 255 milliards d’euros cette année-là, indique la Banque de France. Ce surcroît d’activité pour les banques va de pair avec la fluidité de la clientèle. 8 Français sur 10 ont déjà pensé à changer de banque à la faveur d’un prêt, rapporte HSBC dans une étude publiée mercredi dernier.

62% de la génération Y

HSBC a étudié le comportement de 10 000 emprunteurs dans 10 pays différents. Les Français pensent plus souvent que les autres (61%) à changer de banque. Ils concrétisent aussi plus souvent cette idée (52%) que la moyenne (44%). Dans le classement général, ils arrivent deuxième juste derrière les Britanniques (53%). La loi Macron a rendu cette opération plus aisée. Les particuliers peuvent demander à la banque de se charger des démarches.

Les comportements changent en fonction de l’âge des emprunteurs. 52% des baby-boomers français (nés entre 1945 et 1960) ont déjà sauté le pas. Ce taux tombe à 49% pour les représentants de la génération X (nés entre 1961 et 1981). En revanche, 62% de la génération Y (née entre 1980 et 2000) a déjà frappé à la porte d’une autre banque. Quand ils tentent l’aventure, l’écrasante majorité des clients (82%) disent chercher un contrat plus avantageux.

7 ans pour constituer leur apport

Les Français suivent beaucoup plus leurs intérêts que les autres nationalités interrogées (55%). Cette tendance refléterait le poids de l’endettement immobilier, plus important en France que dans les autres pays analyse le site Argent Boursier. Les Français y consacrent 36% de leurs revenus mensuels en moyenne, et jusqu’à 40% pour les plus jeunes. Preuve de l’importance de ce poste de dépenses, 38% des Français craignent de ne pas pouvoir honorer leurs échéances.

Trois Français sur quatre (76%) pensent qu’ils auront du mal à réunir l’apport personnel nécessaire. Pour y parvenir, 28% des primo-accédants s’en remettent au soutien financier familial. Cette difficulté à rassembler les fonds explique pourquoi les Français mettent en moyenne 7 ans à constituer leur apport. Ce chiffre tombe à 3 ans au Royaume-Uni, contre 5 ans pour la moyenne mondiale dans l’étude HSBC.

Faire une demande en ligne
Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne