MENU

Qu’est-ce que l’hypothèque et le PPD ?

Lorsque vous contractez un prêt immobilier, votre banque doit se protéger au mieux contre un défaut de paiement de vos échéances. Certes, vous allez souscrire une assurance emprunteur, mais selon votre profil et votre situation financière, cela ne l’empêchera pas de vous proposer une hypothèque ou un PPD. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

  • L’hypothèque d’un prêt immobilier est une garantie portant sur un bien immobilier que votre créancier peut saisir pour se rembourser en cas de défaut de paiement.
  • Le privilège de prêteur de deniers (PPD) est un acte assez similaire à l’hypothèque mais dont le coût est moins important. Un PPD concerne uniquement un logement déjà existant, neuf ou ancien. Aussi, si vous faites construire votre logement, seule l’hypothèque maison vous sera proposée.

Quelles sont les conséquences d’une hypothèque ?

Si vous hypothéquez votre maison et que vous ne pouvez pas régler les mensualités de votre crédit immobilier, votre banque peut le saisir afin de le vendre pour récupérer le montant qu’elle vous a prêté.

Avant d’en arriver à cet extrêmité, certains font le choix de tenter eux-mêmes de vendre leur bien pour recueillir les fonds nécessaires. Lorsque le capital restant dû est remboursé, l’hypothèque est levée.

Attention, la mainlevée d’hypothèque a un coût ! Elle doit être rédigée par un notaire et ne peut être exécutée sans l’accord du créancier.

Notez que si vous achetez un autre logement en renégociant votre crédit et non en en contractant un autre, l’hypothèque sera transférée. Vous éviterez donc les frais liés à la mainlevée.

Combien coûte une hypothèque ?

Les dépenses liées au prêt hypothécaire peuvent s’avérer assez importantes. Voici ce qui entre en compte dans le calcul de l’hypothèque d’une maison :

  • Les émoluments du notaire : en tant qu’officier ministériel, le notaire est en charge de rédiger les actes authentiques relatifs à l’achat du bien, à la vente, mais aussi à l’hypothèque. Sa rémunération entre donc dans le coût total de l’achat d’un bien.
  • La contribution de sécurité immobilière : cette taxe due à l’Etat est facturée lors de l’enregistrement de l’hypothèque. Cette contribution coûte 0,10 % du montant emprunté. Elle est généralement majorée de 20% par les banques. Notez que les droits d’enregistrement sont valables uniquement pour l’hypothèque et non le PPD.
  • La taxe de publicité foncière, qui s’élève à 0,71 % du montant emprunté
  • La TVA, 20 %

Pour exemple, sur un crédit de 150 000 euros, l’hypothèque classique vous coûtera 2 % et le PPD 0,64%.

Vous l’aurez compris, le prêt hypothécaire a un coût, d’autant plus que la levée de l’hypothèque nécessite la rédaction d’autres actes qui vous seront également facturés.

Comment se protéger en cas d’hypothèque ?

Pour éviter de voir l’un de vos biens immobilier saisi en cas de non remboursement des mensualités de votre prêt immobilier, il est essentiel de vous protéger en contractant une assurance emprunteur avec des garanties adaptées à votre situation financière, professionnelle et personnelle.

Selon le contrat souscrit, en cas de décès, d’invalidité, voire de perte d’emploi, cette assurance prendra le relais sur une période déterminée afin que vous puissiez continuer à rembourser votre prêt et donc, à jouir de votre bien.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne