MENU

Qu’est-ce que le prêt à « taux mixtes » ?

C’est une formule qui consiste à rembourser un emprunt en alternant une phase à taux fixe, suivie d’une seconde phase à taux variable.

Le mécanisme est simple. Durant les sept à dix premières années, l’emprunteur rembourse son prêt immobilier à taux fixe. Le paiement de ses mensualités est constant. Ensuite, le remboursement bascule automatiquement sur un taux révisable déterminé au moment de l’engagement du prêt.

Les primo-accédants, c’est-à-dire les personnes qui contractent un prêt pour la première fois, ont également accès au crédit mixte.

Pourquoi choisir le prêt à « taux mixtes » ?

Rembourser son emprunt immobilier à taux mixte présente quelques avantages :

  • Des taux plus attractifs. Si l’emprunteur choisit le taux mixte pour payer son prêt immobilier, il bénéficie de taux plus avantageux que ceux pratiqués à taux fixe sur la même durée d’emprunt. Sur la base des tarifs moyens en vigueur, les taux fixes s’élèvent à 3,60% (hors assurances) sur 7 ans. Alors que sur 20 ans, ils approchent les 4,25%.
  • Un taux variable plafonné. Les banques déterminent un taux variable maximum à ne pas dépasser. On dit que le taux est capé. À la hausse ou à la baisse, il ne peut pas excéder deux points de pourcentage durant la vie du prêt. Les deux derniers mois de l’année civile précédant le passage dans la phase à taux révisable servent de référence pour déterminer le taux variable.

Quelles sont les limites du « taux mixtes » ?

Cette formule reste avantageuse à condition de bénéficier d’une variation favorable du taux révisable. Un taux variable à la hausse peut en effet faire perdre l’avantage du taux fixe dont le propriétaire a pu profiter au cours de la première partie du prêt. Alors qu’un taux variable à la baisse permet au propriétaire de pérenniser le gain perçu lors de la première période du prêt.

Dans certains cas, le propriétaire peut alors réaliser une plus-value très intéressante s’il revend son bien avant la fin du prêt. Pour cela, il doit anticiper les éventuels frais liés au remboursement anticipé.

Généralement, les banques peuvent prélever jusqu’à 3% du montant de la somme empruntée dû.

Est-il possible de revenir à un taux fixe ?

Dans le cas où cette formule ne répondrait plus aux attentes, l’emprunteur a la possibilité de repasser à taux fixe, douze mois après le passage en taux variable.

Cette flexibilité implique forcément une contrainte. Le taux fixe, en effet, appliqué au moment du changement sera supérieur à celui négocié en début de prêt.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne