MENU
Comparateur de prêt immobilier
Comparez les offres de prêt pour réaliser votre acquisition
Faire une demande en ligne

Les droits et devoirs après le démembrement

Le démembrement d’un bien immobilier est constaté par un notaire. Celui-ci rédige ensuite un contrat détaillé, utile tant pour le nu-propriétaire que pour l’usufruitier.

Le démembrement du droit de propriété intervient fréquemment lors d’une donation ou d’une succession. Le conjoint survivant conserve l’usufruit du bien après le décès du conjoint propriétaire en titre. En revanche, la nue-propriété revient aux enfants. Cet usufruit disparaît ensuite après le décès du conjoint survivant, ce qui a pour effet de reconstituer la pleine propriété du bien. Différente du démembrement, l’indivision est, quant à elle, le partage de la pleine propriété.

Les droits et devoirs de l’usufruitier et du nu-propriétaire sont définis par le Code civil et peuvent être aménagés par des clauses particulières insérées dans le contrat.

  • L’usufruitier :

Il possède la jouissance du bien. Il peut l’habiter comme le louer, en partie ou dans sa totalité. Dans ce cas, les revenus de la location lui reviennent intégralement, sauf si une répartition est prévue dans le contrat. Il a également l’obligation de restituer le bien au nu-propriétaire dans l’état dans lequel il l’a reçu,

  • Le nu-propriétaire :

Il doit assurer une jouissance paisible et prendre en charge les réparations concernant le gros œuvre.

L’usufruit en viager prend fin au décès de l‘usufruitier ou en cas de non-utilisation durant 30 ans. Il peut également être temporaire, la pleine propriété étant alors reconstruite en fin de contrat.

Le conseil d'Hervé !
Vous voulez en savoir davantage sur l’usufruit ? LesFurets.com vous aident à comprendre comment cela fonctionne.

L‘avantage fiscal du démembrement de propriété

Démembrer un bien immobilier est aussi une manière de bénéficier de certains avantages fiscaux, pour préparer en douceur la transmission d’un bien. Le propriétaire et son conjoint peuvent ainsi y vivre ou le louer tout en faisant donation de la nue-propriété de leur vivant. De cette manière, faire donation dans un premier temps de la nue-propriété uniquement permet de bénéficier des abattements fiscaux.

Au décès du ou des usufruitiers, les enfants récupèrent la pleine propriété du bien sans avoir de droits de succession à payer. À noter toutefois que la donation de la nue-propriété n‘a aucune influence sur le montant de l‘ISF éventuellement payé par l‘usufruitier. Ce dernier continue en effet d‘être imposé sur la valeur totale du bien.

L‘avantage majeur de ce type de donation :

  • Les droits de donation ne sont pas calculés sur la valeur réelle du bien, mais sur la seule nue-propriété.
  • La répartition de la valeur du bien immobilier entre nue-propriété et usufruit dépend de l‘âge du donateur.

C‘est ainsi que pour un donateur âgé de 31 à 40 ans, l‘usufruit représente 70 % et la nue-propriété 30 %. Pour un donateur âgé de 71 à 80 ans, la répartition s‘est alors inversée avec 30 % pour l‘usufruitier et 70 % pour le nu-propriétaire. Cette répartition fonctionne par tranches de 10 ans. Il y a donc tout intérêt à bien choisir le moment du démembrement de propriété afin de profiter au mieux de ses avantages.

Bon à savoir ! Dans le cas d’une SCI, le démembrement croisé des parts permet de transmettre la propriété d‘un bien immobilier tout en l’habitant.

Faire une demande en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Faire une demande en ligne