Comparateur de prêt immobilier
Comparez les offres de prêt pour réaliser votre acquisition
Faites une demande en ligne
Partager sur

Pour quel type d’épargne opter ? Quel montant mettre de côté pour votre apport ? Avant de démarcher les différents établissements prêteurs, sachez qu’en règle générale il vous sera demandé d’apporter entre 10 et 20 % du capital total de votre futur achat afin de couvrir les frais de notaire, mais également les frais de garantie qui ne seront pas les mêmes suivant que vous achetez dans le neuf ou dans l’ancien.

Votre apport financier permettant ainsi de prouver votre sérieux à votre banque, il convient de connaître les meilleures solutions pour se constituer une épargne suffisante.

Épargner pour peaufiner son profil emprunteur et acheter sereinement

Pour parvenir à investir dans l’immobilier, il est recommandé de nos jours d’avoir une épargne suffisante avant de pouvoir obtenir un financement adapté à votre futur projet d’achat. Par ailleurs, rares sont les organismes prêteurs qui acceptent de financer la totalité d’un projet depuis février 2020. Voilà pourquoi il est nécessaire de soigner son profil emprunteur.

Pour commencer à épargner, il est en règle générale recommandé d’avoir au moins trois mois de salaire de côté. Une fois ce capital économisé, il vous sera possible de le faire fructifier afin de pouvoir acheter le plus sereinement possible.

Se constituer un apport personnel

Il est tout à fait possible de vous créer un apport personnel en épargnant petit à petit de petites sommes d’argent ou encore une donation sur un livret jeune, un livret A ou encore sur un PEL en mettant en place une épargne mensuelle automatique.

Vous avez également la possibilité de faire le tour des différents prêts aidés, notamment si vous êtes primo-accédant, afin d’augmenter votre capacité d’emprunt (Prêt à taux zéro, Prêt d’action logement, etc.).

Enfin, vous pouvez également épargner de manière plus importante en réalisant des investissements plus conséquents.

Le PEL : un choix pour avoir un taux d’intérêt toujours pertinent ?

Entièrement dédié à l’achat immobilier, le PEL (Plan d’Épargne Logement) est un produit d’épargne très populaire qui permet d’obtenir un emprunt. Plafonné à 61.200 euros hors intérêts, s’il permettait une rémunération de 2.5 % brut pour les plans ouverts avant le 1er février 2015, depuis 2017 son taux ne s’élève pas à plus d’1 % brut, ce qui en fait un produit de placement de moins en moins attractif.

Toutefois, ce produit permet d’obtenir, quatre ans après sa souscription, un prêt immobilier à 2.20 %. Bien que ce taux d’intérêt ne corresponde pas aux taux historiquement bas que la France connait depuis quelques années, en cas de remontée, il pourrait devenir avantageux.

À la clôture d’un PEL, le montant maximal du prêt accordé sera de 92.000 euros pour une durée de remboursement allant de 2 à 15 ans.

Faire face aux coûts cachés liés à l’achat immobilier grâce une trésorerie dédiée à son achat immobilier

Si vous envisagez de demander un crédit pour financer un bien immobilier, ne vous concentrez pas uniquement sur le coût du bien que vous convoitez.

Veillez à bien penser que si vous achetez un appartement en copropriété par exemple :

  1. Les charges sont bien souvent élevées, que vous aurez une taxe foncière ainsi que d’autres impôts locaux à régler.
  2. Les dépenses d’entretien et de consommation d’énergie peuvent également vite faire grimper les dépenses.
  3. Sans compter les frais de déménagement.
  4. Ainsi que les éventuels travaux et imprévus qu’il vous faudra débourser.

C’est pourquoi il est fondamental de prévoir une trésorerie supplémentaire afin de pouvoir faire face de manière pérenne à ces frais supplémentaires.

Anticipation et épargne en 3 temps

Vous l’aurez compris, rien de tel qu’un bon placement pour vous aider à vous constituer un apport personnel pour votre crédit immobilier. Toutefois, il vous faut nécessairement faire attention au temps que vous vous donnez avant de devenir propriétaire.

C’est cette donnée qui vous permettra de déterminer quel type de placement est le plus adapté à votre projet pour la simple et bonne raison que tous les placements n’affichent pas la même fiscalité ni même les mêmes risques de variation.

Autant donc comprendre que si vous n’avez encore rien épargné et que vous envisagez de demander un crédit immobilier d’ici un an, il est trop tard pour commencer à faire travailler votre épargne.

Il est également indispensable, si vous souhaitez augmenter votre capacité d’emprunt, de pouvoir arbitrer votre épargne entre la sécurité qu’il procure et sa rentabilité.

Quel taux pour votre prêt ?
Je compare

Ainsi, si votre projet d’achat est à court terme, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Les livrets défiscalisés tels que le livret développement durable et solidaire ou encore le livret A qui ne sont soumis ni aux charges sociales ni à l’impôt sur le revenu et permettent de toucher des intérêts de 0.75 %. Bien que plafonnés respectivement à 22.950 et 12.000 euros, ils demeurent tout de même les plus intéressants pour réaliser des placements de court terme.
  • Si votre capital est supérieur au plafond de ces deux livrets cumulés (34.950 euros), vous aurez la possibilité de placer vos économies sur un compte à terme. Plus rémunérateur que les précédents, ce compte est prévu pour être bloqué jusqu’à son terme durant une période déterminée par votre banque (entre 6 mois et un an) en contrepartie du versement d’intérêts plus élevés.
  • Le Compte Épargne Logement (CEL), qu’il ne faut pas confondre avec le PEL que nous avons vu plus haut car bien qu’il exige la somme initiale de 300 euros pour son ouverture et son maintien, ses retraits comme ses versements sont libres contrairement au PEL qui exige la somme de 225 euros pour son ouverture ainsi que qu’un versement de 540 euros minimum par an pour une durée minimale de 4 ans et de 10 ans maximale. Toutefois, la rémunération du CEL est encore plus faible que celle de l’actuel PEL puisqu’elle n’est que de 0.5 % net d’impôts. Il est néanmoins possible de cumuler PEL et CEL pour se constituer un apport personnel.
  • Le Plan d’Épargne pour la Retraite Collectif (PERCO) remplacé par le PERECO depuis 2020 : ouvert par votre entreprise, ce plan d’épargne dédié à la retraite vous permet de l’alimenter avec vos prime d’intéressement/de participation, avec des versements personnels programmés comme ponctuels ou encore le transfert de vos jours de repos non utilisés. En optant pour une gestion libre de ce produit de placement, vous aurez la possibilité de décider comment investir les fonds épargnés en choisissant par exemple de les injecter pour votre résidence principale.
  • Le Livret d’Épargne Populaire (LEP) dont le taux de rémunération est indexé sur celui du livret A et majoré d’un demi-point et dont l’ouverture n’est pas limitée dans le temps, est réservé aux foyers les plus modestes et permet de profiter d’intérêts entièrement exonérés de charges sociales et d’impôts sur le revenu.
  • Le Plan d’Épargne Entreprise (PEE) permet aux salariés de disposer d’une épargne à moyen terme avec l’aide de leur entreprise et est souscrit pour une durée minimum de 5 ans.

Comparatif des meilleurs placements d’épargne en 2021

Afin que vous ayez une meilleure vision des taux ainsi que des avantages et inconvénients, ce tableau comparatif vous permettra de vous faire une idée :

Nom du produit Plafond Disposition des fonds Taux d’intérêt annuel Imposition
Livret A 22.950 € Sans conditions 0,75 % 0
LDDS 12.000 € Sans conditions 0,75 % 0
PEL 61.200 € Après 4 ans Entre 1% depuis le 1er août 2016 et 4.75 % pour un compte ouvert entre le 1er juillet 1985 et le 15 mai 1986 Prélèvements sociaux uniquement si le plan a moins de 10 ans. Au-delà, du 12ème anniversaire, impôts + prélèvements sociaux
LEP 7.700 € Oui 1,25 % 0
Compte ou livret d’épargne bancaire Aucun Oui Entre 0,2 et 1,5% pour les livrets classiques. Jusqu’à 4 % pour les livrets spéciaux Prélèvements sociaux + impôts sur le revenu
PERCO PERECO et PEE En fonction du placement de l’entreprise Sous conditions En fonction du placement de l’entreprise Varie selon la nature des sommes versées
Produits boursiers Aucun Selon contrat et produit Selon contrat et produit Sur les plus-values
Assurance-vie Aucun Oui mais fiscalité variable Entre 1.25 et 4 % Uniquement sur les fonds débloqués

Placement pour une épargne immobilier à moyen terme

Si vous envisagez votre achat de bien immobilier dans plus de trois ans, n’hésitez surtout pas à privilégier une épargne de moyen-long terme en souscrivant une assurance vie qui peut éventuellement compléter votre ou vos différentes épargnes salariales. Permettant un fonctionnement beaucoup plus simple qu’un PEL par exemple, vous aurez la possibilité d’y verser vos économies comme les retirer de manière totalement libre en cas de besoin.

Par ailleurs, une telle solution d’épargne vous permettra, en programmant un versement chaque mois, de prouver à votre établissement prêteur que vous êtes parfaitement capable de rembourser un prêt.

Placement à long terme pour acheter sa maison

Si vous préférez vous affranchir de la pression du temps, vous pouvez opter pour des placements à long terme. Sachez toutefois que cette solution expose votre argent aux variations des aléas financiers.

Parmi les placements dits risqués, on retrouve notamment :

  • Les investissements boursiers
  • Les SCPI
  • Le Plan d’épargne retraite (PER) s’il n’est pas en fonds euros
  • Les obligations
Le conseil de François !
Pour une estimation au plus juste de votre crédit immobilier en fonction de l’apport que vous avez pu vous constituer, utilisez le simulateur les furets !
Faire une demande en ligne
Partager sur
Faire une demande en ligne